Uncategorized

#5 Ecrire de la Fantasy : Les langues

La référence de cet article n’est plus à présenter !

Évidemment tonton Tolkien est un génie du langage, qui a créé bon nombre de dialectes particuliers pour chacun de ses peuples. Cela peut paraître vertigineux au premier abord. Mais pas de panique ! En procédant par étape, vous devriez vous en sortir sans trop de difficulté.

 

Cette leçon n’est pas forcément utile pour tout le monde néanmoins. Elle concerne les passionnés, où ceux vraiment motivés à créer un monde de A à Z. Elle peut toutefois s’avérer utile pour le langage magique !

 

La phonétique

 

Pourquoi travailler cet aspect en premier ? Tout simplement parce que la langue est en premier lieu orale. Même si elle sera principalement écrite dans votre roman, cette étape est nécessaire afin de donner une identité propre à chacun de vos peuples.

 

Les sonorités peuvent différer selon les peuples. Il peut aussi avoir des accents différents selon les régions. Pour cela, vous pouvez utiliser l’alphabet phonétique classique en sélectionnant les sons dominants qui apparaîtront le plus souvent. 

 

Sélectionnez d’abord les voyelles, puis les consonnes. Vous pouvez aussi inventer de nouveaux accents, de nouvelles manières de prononcer certaines lettres…

 

Pour cette partie, voici un petit tips qui peut paraître un peu étrange, mais qui toutefois peut vous être utile. Ecoutez de la musique classique ! Chaque compositeur à ses propres sonorités et tons qui reviennent sans cesse. Pour les langues, c’est pareil. Repérez les graves, les aigus et associez-les à des sons linguistiques. Cela peut ainsi vous aider à créer des sensibilités linguistiques particulières et harmoniques (ou pas!) 

 

L’alphabet 

 

La création de symbole pour écrire votre langue est la base. Il existe une multitude de codes d’écriture différents dont vous pouvez vous inspirer. En fonction de vos choix en matière de phonétique, faites la liste des sons qu’il faudra associer à vos lettres ou symboles. Cela peut varier entre hiéroglyphes ou symboles, lecture horizontale, verticale de gauche à droite ou l’inverse. Des signes de ponctuation ou pas, des majuscules ou pas… 

 

Le nombre de caractères et de signes peut aussi varier en fonction des nécessités. Vous pouvez aussi inventer d’autres langages basés sur la gestuelle, ou même l’expression faciale ! Soyez originaux, et faites appel à votre sensibilité et votre originalité.

 

La syntaxe

 

Choisir la place des mots dans la phrase. Sujet, verbe, complément, ou adopter une syntaxe à la Yoda. Vous pouvez choisir de faire simple, ou inventer un mode plus complexe et unique pour vos peuples.

 

Vos règles de grammaires primaires ou plus complexes sont aussi essentielles. Les accords, les temps, les déterminants… Vous devez vous improviser apprenti linguiste ! Sans parler d’inventer des exceptions, on s’en fiche ! Le but de la manœuvre est avant tout de rendre l’ensemble crédible et fonctionnel, afin de l’intégrer au mieux dans votre récit.

 

Le vocabulaire

 

On est d’accord, vous n’allez pas prendre un Robert et traduire tous les mots !

 

Établissez une liste de mots susceptibles d’apparaître souvent ou des expressions particulières. Vous pouvez ensuite inventer une traduction en fonction de votre phonétique et de votre alphabet. 

 

Il vous est possible d’inventer carrément des mots entiers, en fonction des particularités de votre univers. 

 

 

Cette leçon peut s’avérer facultative, mais les langues restent un moyen d’alimenter votre récit, et de souligner sa richesse et sa diversité. Lancez vous, essayez au moins, cela peut devenir un jeu ou un élément central de votre histoire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.