Uncategorized

Lundi 2 août : Bilan du mois de juillet, ou comment apprendre à lâcher prise et se surprendre à sourire de nouveau

En à peine un mois, ma vie a radicalement changé.

Je pense que ce bouleversement soudain vient, non seulement de ma décision de laisser derrière moi ce qui me rendait malheureuse, mais aussi aux nouvelles habitudes que j’ai prises durant ce lapse de temps. Je me sens plus libre, soulagée et bien avec moi-même. Je n’ai plus de poids sur les épaules, je ne croule plus sous la pression qui m’empêchait de vivre. Et je suis assez fière d’avoir réussi en un mois à me redresser. Il m’arrive encore d’être triste, pas à cause du manque, ou des regrets, je n’ai ni l’un ni l’autre. Non, c’est plus une certaine compassion mélancolique envers moi-même. Je réalise que je mérite qu’on m’aime, pas pour ce que j’apporte, mais seulement pour moi. Et que finalement, on ne peut pas dire que j’ai connu l’amour. Ou seulement en partie, celle où j’aime, mais pas celle où je suis aimée.

Mais cette dernière me semble beaucoup plus simple à réaliser, maintenant que je sais reconnaître quelqu’un qui ne m’aime pas vraiment. L’amour n’est pas une souffrance quotidienne, où il faut sans cesse répéter ce dont on a besoin en espérant qu’un jour la personne en question pourra y répondre. Qu’en s’oubliant, on devient dépendant, et on tombe dans un cercle vicieux. La personne qu’on aime n’a pas le droit de nous vider, de nous accaparer pour elle, sans d’une part nous laisser notre individualité et d’autre part, mépriser nos besoins. Et en plus vous faire croire que vous en demandez trop. Non, vous n’en demandez pas trop. Cette personne ne vous aime pas comme il faut, ou du moins, elle n’est pas celle qui vous faut tout simplement.

Maintenant je sais reconnaître l’amour à sens unique. Où l’on donne plus qu’on ne devrait sans rien recevoir. Je sais reconnaître ceux qui en profitent alors qu’ils n’ont aucune intention de nous rendre heureux. Je sais reconnaître un manque d’équilibre. 

Je n’attendais pas forcément qu’on m’aime en retour. C’est d’ailleurs sans doute pour ça que je n’ai pas de regrets, parce que j’ai aimé sincèrement. Non, je voulais juste qu’on m’aime comme je l’aurais souhaité. Comme j’en ai besoin. Encore maintenant, en écrivant ça, je me dis que peut-être j’en demande trop. Que ce que je demande est impossible. Peut-être. Je ne sais pas. On verra.

Mais ce qui est sûr, c’est que là tout de suite je suis pleinement heureuse. Qu’à la minute où j’ai mis fin à tout ça, je me suis sentie mieux. Je n’étais plus responsable du bonheur de quelqu’un et forcée d’oublier le mien. Je savais, au fond, que pour me retrouver j’avais besoin de le quitter. Cette relation m’avait éteinte. J’ai plus pleuré pendant 9 mois que pendant tout le mois de juillet !  

 

Ce dernier mois a été des plus enrichissant. Je suis plus ouverte, j’ai l’impression d’être importante et de pouvoir l’être pour quelqu’un. J’ai redécouvert que je valais la peine qu’on me rende vraiment heureuse. J’ai adopté un mode de vie plus sain, entamé de nouveaux projets, repris ceux que j’avais abandonnés ou mis en stand by.

Voici donc, parce qu’on est un peu là pour ça, ces fameuses habitudes qui m’ont aidé à me sentir mieux et celles que j’envisage de mettre en place durant ce mois d’août !

 

1- Le sport !

 

Je n’aurais jamais pensé que le sport fasse autant de bien vraiment ce n‘est pas un mythe ! Tous les matins, au réveil je fais en moyenne une demi heure de cardio, fitness, pilates ou yoga. En fonction de ce que j’ai envie, je me fais ma petite séance. Sans parler d’avoir un summer body, ce n’est pas le but recherché, je sens que beaucoup de choses se sont déliées. Je suis plus “fit”, plus énergique, plus créative, plus concentrée bref, je ressens vraiment une différence d’état d’esprit entre avant et maintenant. 

 

2- Voir régulièrement du monde.

Je ne vous apprends rien, après la période qu’on vient de passer, ça fait du bien de retrouver ses amis ! Et on voit la différence entre ces temps de solitude et le retour à la normale, où l’on peut partager avec ceux que l’on aime des moments de vie. 

 

3- Prendre du temps pour soi

Faire ce que l’on aime, se faire plaisir, il est important de s’accorder des moments de détente. Vous êtes votre priorité, alors prenez soin de vous. Personne d’autre ne le fera aussi bien que vous-même !

 

4- Passer du temps seule

Apprécier sa propre compagnie c’est la concrétisation de beaucoup de choses. Même si le Covid nous a un peu forcé la main, il est important par soi-même d’apprendre à vivre seul. Cela ne veut pas dire faire l’ermite et se couper du monde. Mais ne pas forcément compter sur la présence d’autrui pour se sentir bien. Au contraire, se sentir bien sans personne contribue à valoriser nos relations et à apprécier les moments passés avec les autres.

 

5- Travailler

Avoir un planning, réapprendre à s’organiser, se créer de nouveaux repères. Il est important d’avoir une routine de travail. Déjà, parce que cela réduit les chances de procrastiner et d’autre part, cela augmente votre capacité à vous concentrer. Attention, je ne parle pas de faire tous les jours la même chose à la même heure au contraire ! Variez les plaisirs, accordez vous des temps de pauses pour éviter de tomber dans la monotonie.

6- Lire et écrire

Refaire des choses que j’aime. J’ai dû mettre en stand by plusieurs de mes passions, et je déconseille fortement ! Il est primordial de continuer ses passions. 

 

7- Prendre le temps

Ne pas culpabiliser de faire quelque chose plutôt qu’une autre.  C’était un de mes nombreux défaut (ça l’est encore toujours un peu mais quand même beaucoup moins qu’avant !). Apprendre à vivre l’instant présent, profiter sans se soucier de ce qu’il reste à faire. 

 

Ces nouvelles habitudes ont radicalement changé mon quotidien, et m’ont permise de booster mon moral à 1000% ! Néanmoins, comme il est toujours possible de s’améliorer, tous les mois, je vais introduire trois nouvelles habitudes à prendre. J’en ai en stock mais je préfère y aller doucement.

 

1- Réduire les écrans et les réseaux.

Même si avec le blog et instagram je suis un peu obligée, je dois trouver un moyen de limiter mon temps sur les écrans. Trouver une limite saine.

 

2- Me créer une routine d’écriture.

Certes j’ai repris ponctuellement l’écriture, mais ce n’est pas suffisant. En effet, je n’arrive pas à reprendre l’histoire où elle s’est arrêtée. Je dois réapprendre à connaître mes personnages, les rouages de mon univers, l’intrigue… Et pour me remettre dans le bain, il faut que je trouve du temps chaque jour pour écrire, coûte que coûte. 

 

3- Boire plus d’eau.

Alors comme ça, ça peut sembler anodin, mais il faut savoir qu’en temps normal, je suis un vrai dromadaire. Je ne bois presque pas. Et c’est un défaut ! Donc, il faut que j’arrive à boire au moins 1L par jour et m’y tenir ! 

 

Rendez-vous dans un mois pour un petit checkpoint !

 

En attendant, j’espère que cet article vous aura aidé personnellement. Finalement, être heureux, c’est faire du trie, abandonner ce qui nous rend malheureux et recommencer à faire des choses que l’on aime. Mais surtout, apprendre de nos erreurs et comprendre comment on fonctionne. C’est la clé pour se sortir de schémas limitants et de relations toxiques.

 

N’hésitez pas à vous perdre sur Galaded, sur le blog ou sur instagram @galaded 

 

Des bizous et prenez soin de vous !

Audrey Lavau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.