Uncategorized

Qui a dit que les chevaliers avaient disparu ?

Une envie d’aventure ? De fougue et de noblesse d’âme? Du doux son métallique des épées en action ? 

Et bien non, à notre grande joie, les chevaliers n’ont pas disparu. Au contraire, plus que jamais ils trônent en librairie. Ces héros sans bavure ont été sans cesse détournés et explorés pour livrer tout un tas de versions plus originales les unes que les autres. Peut-être vous sentez-vous l’âme d’en être un.e !

Qui n’a jamais voulu ressembler à cet être sans peur et sans reproche au cœur pur ? Qui n’a jamais rêvé d’aventures à couper le souffle et d’histoires d’amour grandioses ? Le chevalier est pour beaucoup une source d’inspiration, et ne cesse d’alimenter les fantasmes d’honneur et de courage. D’hier à aujourd’hui, je vous laisse découvrir différents portraits de chevalier, du plus traditionnel au plus moderne en passant par les plus inattendus…

 

La chanson de Roland

C’est probablement l’une des premières œuvres chevaleresques. Cette chanson de geste daterait de 1095 d’auteur inconnu puisque transmise oralement. Elle se place cinquante ans environ avant les romans de Chrétiens de Troyes. Elle fait le récit de la bataille de Roncevaux, lors du retour de Charlemagne de sa campagne d’Espagne trois cent ans plus tôt. Roland se retrouve au milieu d’un guet-apen, et après avoir vu tous ses compagnons périr, tombe à son tour avant l’arrivée des renforts. Notre héros meurt en martyr, rappelé à Dieu par l’archange Michel. C’est sa bravoure qui est louée au cours des vers, et surtout sa dévotion envers son roi et Dieu. Tous les éléments qui constitueront l’essence du roman de chevalerie sont rassemblés. La noblesse d’âme et de cœur, la force physique et mentale, la piété… C’est probablement l’œuvre à lire si on s’intéresse à la littérature chevaleresque. 

Vous pouvez la retrouver en ligne ici : https://fr.wikisource.org/wiki/La_Chanson_de_Roland/Joseph_B%C3%A9dier/La_Chanson_de_Roland/Traduction. Et pour les amoureux du papier, vous la trouverez en format broché en librairie. 

 

Les chevaliers de la table ronde

C’est au XIIe siècle que Chrétien de Troyes écrit les légendes arthuriennes. Pour la petite anecdote, si la courtoisie de ces preux guerriers en armure ne fait aucun doute dans les romans, celle de leurs homologues dans le monde réel laisse clairement à désirer… En effet, au Moyen-Âge, on passait plus de temps à se taper dessus, piller et brûler des villages et estropier des innocents qu’à faire le bien et sauver la veuve et l’orphelin. On peut donc imaginer que de petites leçons de morale ne leur feraient pas de mal. Ses romans sont lus mais aussi et surtout chantés par les trouvères. C’est dans ce contexte guerrier que naissent les cinq romans de la table ronde, sur Lancelot, Yvain, Perceval, Erec et Enide et Cligès. Il est toujours question d’une quête, du bien, de soi et de l’accomplissement. 

Toutefois, chacun d’entre eux est différent dans son tempérament. Lancelot est le meilleur chevalier d’Arthur, qui va sauver Guenièvre des griffes du seigneur Méléagant qui l’a enlevé. Cligès est un jeune chevalier qui part en quête de la future épouse de son couple, et finit par en tomber amoureux. Erec est l’orgueilleux qui décide avec son épouse Enide de braver tous les dangers pour prouver sa valeur. Yvain a un lion comme animal de compagnie et Perceval passe à côté du Graal sans le reconnaître pour ensuite repartir à sa recherche. 

Car non, être chevalier n’est pas innée. Finalement, le meilleur message que nous adresse Chrétien de Troyes à travers ses romans, c’est qu’après être tombé de cheval, il faut toujours remonter !

 

La parodie

Heureusement pour nous lecteurs, le modèle immaculé du chevalier trop parfait est vite tombé entre les mains des parodieurs ! Et ils sont nombreux. Au XVIe et XVII siècles, Rabelais et Cervantès se font un malin plaisir à rendre aux chevaliers un peu d’humanité. Fini l’idéal inaccessible. Entre un Gargantua démesurément brillant et un Don Quichotte follement déterminé, ces œuvres témoignent d’une nouvelle vision des valeurs qu’il est souhaitable de posséder en tant qu’homme d’honneur. L’homme courageux, intelligent et courtois se fait plus humain et moins inatteignable, tout en étant autant admiré.  

Après réflexion, la version d’Alexandre Astier des histoires de la table ronde est peut-être beaucoup plus authentique et efficace. La mise en exergue des défauts met en valeur leurs qualités de cœur. La distance avec les impératifs médiévaux permet de relativiser sur ce que doit être le parfait chevalier. L’honneur ne réside-t-il pas dans le fait de garder la face même tourné en ridicule ? 

 

Des trois mousquetaires à Cyrano

Vient alors le XIXe siècle. Le passage des romantiques ranime forcément les élans d’amour à la Tristan et Iseult, les combats passionnés et l’idéal de courage inébranlable. Et ces nouveaux héros se retrouvent dans les romans de cape et d’épée et aussi au théâtre. Ils viennent d’ailleurs du même terreau gascon. D’artagnan pour Dumas et Cyrano pour Rostand ont la même fougue de la jeunesse, ce même désir de vaincre et de combattre pour la justice et l’amour.  

D’ailleurs, le saviez-vous ? Ces deux chevaliers de l’époque moderne ne sont pas si étrangers que cela l’un à l’autre… C’est ce que démontre Paul Féval dans sa saga de roman intitulé D’artagnan contre Cyrano de Bergerac. Le tome 1, le Chevalier Mystère, introduit l’intrigue autour de ce personnage qui lie Cyrano et D’artagnan à travers leurs aventures qui se croisent, se poursuivant l’un l’autre. C’est un récit décalé, qui néanmoins rassemble ces deux chevaliers du XIXe siècle dans un combat épique et loufoque. 

 

Tolkien, le créateur de monde

Il est impossible de faire un article sur le roman de chevalerie sans mentionner le père de la fantasy contemporaine. Lui-même inspiré par les légendes Moyenâgeuses, Tolkien réinvente un monde chevaleresque fantastique avec son histoire, ses guerres et ses victoires. Le Hobbit et le Seigneur des Anneaux sont deux quêtes qui s’enchaînent et suivent la chronologie historique du troisième âge. Les récits de Tolkien ont la particularité de faire du plus inattendu des personnages un chevalier digne de ce nom. Frodon et Bilbo ne sont-ils pas à leur manière remplit de courage et de détermination ? 

Il est probable que la Grande Guerre ait appris à Tolkien que chacun d’entre nous possède une part d’héroïsme guerrier. 

 

L’heroic fantasy contemporaine

Depuis, un nouveau genre fait fureur en librairie : l’heroic fantasy. Les chevaliers d’Emeraude, La quête d’Ewilan, en passant par Le Trône de Fer, les chevaliers font plus que jamais partie de la littérature contemporaine. Sans compter le nombre incalculable d’adaptation cinématographique des légendes arthuriennes ! Ce folklore fascine les apprentis héros autant qu’il fait frémir d’excitation. Certaines séries énoncées précédemment sont devenues des classiques du genre. Comme par exemple une série qui à mon avis pourra vous tenir un bon petit moment, celle de l’Assassin Royal de Robin Hobb. 19 tomes au total divisés en trois cycles distincts. Le premier tome intitulé l’Apprenti Assassin raconte l’histoire de Fitz un jeune bâtard du roi Chevalerie est employé comme garçon d’écurie par le bras droit de son père chargé de le protéger. Il dispose de don pour une ancienne magie, le Vif, qui lui permet entre autres de communiquer par télépathie avec les animaux. Cependant, il est employé par le roi Subtil comme homme lige et va devoir apprendre les rudiments de l’assassinat. 

 

La vraie question est : les chevaliers disparaîtront-ils un jour des livres d’aventure ? Cet idéal d’humanité façonné il y a des siècles fera sans doute toujours rêver. Et je crois que beaucoup d’autres quêtes nous attendent dans le futur, avec comme trame de fond les valeurs féodales comme la fidélité, l’honneur et l’amour courtois. 

Voilà pour cet article. N’hésitez pas à vous référer à la liste de lecture ci-dessous si vous êtes en quête d’aventure ! 

 

Le Moyen-Âge 

Chrétien de Troyes

Erec et Enide

Cligès

Yvain ou le Chevalier au Lion

Lancelot ou le Chevalier à la Charette

Perceval ou le conte du Graal

 

Aux XVIe et XVIIe siècles

François Rabelais : Gargantua et Pantagruel

Miguel de Cervantès Don Quichotte

 

Au XIXe siècle

Alexandre Dumas Les Trois Mousquetaires, Le Chevalier de la Maison Rouge

Edmond Rostand Cyrano de Bergerac

Bonus : Paul Féval D’artagnan contre Cyrano de Bergerac ;

  1. Le chevalier mystère 
  2. D’Artagnan contre Cyrano 
  3. Le martyre de la reine
  4. Le secret de la Bastille
  5. L’héritage de Buckingham

 

Au XXe siècle

Tolkien

Bilbo le Hobbit

Le seigneur des Anneaux

Le Silmarillion

 

Aujourd’hui

Pierre Bottero La Quête d’Ewilan ;

  1. D’un monde à l’autre
  2. Les Frontières de glace
  3. L’Île du destin

 

G R R Martin Le Trône de Fer

Divisé en 7 intégral avec en tout 15 tomes :

  1. Le Trône de Fer
  2. Le Donjon Rouge
  3. La Bataille des Rois
  4. L’ombre Maléfique
  5. L’invincible Forteresse
  6. Intrigues à Port-Rayal
  7. L’épée de Feu
  8. Les Noces Pourpres
  9. La Loi du Régicide
  10. Le Chaos
  11. Les Sables de Dorne
  12. Un Festin pour les Corbeaux
  13. Le Bûcher du Roi
  14. Les Dragon de Meereen
  15. Une danse avec les Dragons

 

Anne Robillard

Les Chevaliers d’Emeraude ;

1. Le Feu dans le Ciel

2. Les Dragons de l’Empereur noir

3. Piège au Royaume des Ombres

4. La Princesse rebelle

5. L’île des lézards

6. Le Journal d’Onyx

7. L’Enlèvement

8. Les Dieux déchus

9. L’Héritage de Danalieth

10. Représailles

11. La Justice céleste

12. Irianeth

Robin Hobb

L’Assassin Royal

Premier Cycle :

  1. L’Apprenti assassin.
  2. L’Assassin du roi.
  3. La Nef du crépuscule.
  4. Le Poison de la vengeance.
  5. La Voie magique.
  6. La Reine solitaire.

Deuxième Cycle :

  1. Le Prophète Blanc
  2. La Secte Maudite
  3. Les Secrets de Castelcerf
  4. Serments et Deuils
  5. Le Dragon des glaces
  6. L’Homme Noir
  7. Adieux et Retrouvailles

Troisième Cycle :

  1. Le Fou et l’Assassin
  2. La Fille de l’Assassin
  3. En quête de vengeance
  4. Le Retour de l’Assassin
  5. Sur les rives de l’Art
  6. Le Destin de l’Assassin

2 commentaires

    • Audrey L 19

      C’est vrai que je n’ai mentionné Alexandre Astier qu’en coup de vent, mais peut-être que je prévois une petite critique du film 😉 J’en profiterai pour faire tout un article sur son oeuvre !
      Merci beaucoup pour votre commentaire, et j’espère à bientôt sur Galaded !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.